PASCAL, COUREUR CYCLISTE

Publié le par UCVN

PASCAL, COUREUR CYCLISTE .

Revenons un peu sur le tour du Centre Alsace, organisé de main de maître par l’association cycliste d’Erstein. Il y avait, au départ un seul coureur de notre club. C’était Vetter Pascal, venu au club à l’époque où son frère René était président.

Il y a quatre ans, il remportait sa première et seule victoire pour l’instant lors du critérium de Limersheim. Samedi donc, il s’est rendu à Friesenheim avec le secret désir de remporter sa deuxième victoire de sa carrière pour ses enfants, petit enfant et un cercle restreint d’amis. Lors de sa préparation, il a mis dans sa poche arrière la photo de ses deux enfants, toujours dans le même sens, et dans son maillot un…coquelicot cueilli près de la voiture et il était certain de refaire le coup de Limersheim.

Pendant le contre la montre, il est allé au bout de lui-même et a réalisé le troisième temps à la moyenne de 42,319 km/h sous les yeux de ses deux supporters.

Lors de la course en ligne, Pascal, qui avait juré de ne pas en faire de trop comme d’habitude, a été à l’origine de l’échappée décisive au 3e des 8 tours. Et c’est lui qui, fidèle à lui-même, a fait le plus gros du travail. Si bien que dans la dernière ligne droite, les forces lui manquaient pour finir au sein de ce petit groupe et il a fini à quatre secondes du vainqueur qui endossait le maillot de leader de cette épreuve. S’il  termine dans le même temps que le vainqueur, c’est lui qui est maillot jaune.

Mais pascal était fier de sa performance et il me disait que il y a quatre ans il avait gagné pour son bébé et que cette fois-ci il est passé très près. Il fallait le voir dans les bras de son jeune (8 ans) supporter (lui qui adore les enfants) qui l’attendait derrière la ligne d’arrivée. Toute sa fierté se lisait sur son visage quand il était sur la deuxième marche du podium.

La dernière étape fut terrible pour le sympathique Pascal. La fatigue et le mal aux jambes, il les a connues lors de cette dernière étape. Lâché à la régulière pendant la course, il a trouvé les ressources nécessaires pour revenir et recoller au peloton. C’est à ce moment là qu’il aurait eu besoin de coéquipiers pour le ramener et l’aider un peu pour sauver sa deuxième place au classement général. Il était bien esseulé dans le peloton.

Bravo Pascal, tu étais grand samedi et dimanche. Et tu as démontré que si on se fixe un but et qu’on veut y parvenir, on peut ! Même si tu as échoué pour la victoire tu étais très près.


Ecoutons maintenant le compte rendu de Valérie Andres qui était commissaire ce jour là

"Après sa mésaventure de la veille (laisser filer le maillot jaune pour quelques secondes), c'est un Pascal stressé et tendu qui s'élance.

Les premiers tours se déroulent sans accro pour lui, bien calé dans la roue du maillot jaune. Mais voila que surgissent les premières attaques et le naturel fonceur et bosseur de Pascal reprend le dessus. Il se met donc au travail pour ne surtout laisser filer aucun concurrent direct.

Les bonifications attribuées tous les 10 tours ne sont pas pour l'aider dans son objectif, mais malgré tout il fait de son mieux pour ne pas se laisser distancer et rester parmi les 10 premier lors des sprints.

Tous ces efforts sont lourds de conséquences car une fringale se manifeste et le tiraille de nombreux tours durant. Là encore le mental de Pascal aura été le plus fort, il parvient a trouver les ressources nécessaires pour finir la course au sein du peloton.

Le final s'est joué au sprint avec une très belle victoire en force du maillot jaune, bien aidé toute l'étape pas son coéquipier, juste derrière, le peloton arrive groupé et tout le monde est classé dans le même temps.

Le courage et la force de caractère de Pascal ont été récompensés par la conservation de sa belle 2ème place au classement général de l'épreuve.

C'est ainsi qu'il s'est rendu avec une pointe d'émotion, mais aussi de ferté sur le podium final.  En effet il y a exactement 4 ans de cela,  la course de Limersheim marquait la 1ere victoire en compétition de Pascal.

Un seul regret ce jour là, l'absence de ses enfants, qu'il aurait aimé avoir avec lui sur le podium."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article